Jeûner sans prier par cheikh Youssef al Qaradawi

Parmi les choses étranges qui surviennent dans la vie d’une catégorie de musulmans, c’est de voir certains parmi eux tenir à jeûner le mois du Ramadan, mais sans, malheureusement, tenir à accomplir la Prière. Ramadan jouit dans les cœurs des gens d’une vénération et d’une sacralité si importantes, transmises d’une génération à une autre, que seul un débauché, dénué ou presque de tout attachement à l’islam, oserait les transgresser.

Dans l’échelle des valeurs de la religion, la Prière jouit sans doute d’une place plus importante que celle du jeûne. Elle constitue l’acte principal d’adoration, le pilier central de l’islam et le trait distinctif entre le musulman et l’incroyant. Mais, l’ignorance, l’insouciance et l’amour excessif de ce bas-monde ont fait en sorte que les gens soient inattentifs à l‘importance de la Prière et à sa place au sein de l’islam, si bien que certains passent toute leur vie sans s’incliner un seul jour devant Dieu !

Ainsi, à chaque Ramadan, nous nous trouvons confrontés à cette question récurrente : Quel est le statut juridique de celui qui jeûne sans prier ?

Quant à ceux qui disent que celui qui abandonne la Prière est incroyant conformément à la signification littérale de certains hadiths, ce qui est relaté d’après un nombre de compagnons et jurisconsultes tels que Ahmed ibn Hanbal, Is-haq ibn Rahweïh et d’autres, leurs avis est clair à son sujet, à savoir que son jeûne est invalide car il est par son abandon de la Prière incroyant, et le jeûne d’un incroyant ne pourrait être accepté.

Quant à ceux qui partagent l’avis de la majorité des jurisconsultes parmi les prédécesseurs et les successeurs, à savoir que celui qui abandonne la Prière n’est pas incroyant mais désobéissant « fasiq », que Dieu n’est pas de nature à laisser perdre le bien accompli par quiconque et qu’Il ne lèse personne, fût-ce du poids d’un atome : « Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra » (la secousse : 7 – 8), ils estiment qu’il sera puni pour l’abandon de la Prière, récompensé pour l’accomplissement du jeûne. Dieu dit : « Au Jour de la Résurrection, Nous placerons les balances exactes. Nulle âme ne sera lésée en rien, fût-ce du poids d’un grain de moutarde que Nous ferons venir. Nous suffisons largement pour dresser les comptes » (les prophètes : 47).

Par ailleurs, si nous analysons la question sous un angle pratique et éducatif, à quoi bon dire à celui qui jeûne sans prier : Que tu jeûnes ou pas, cela ne change rien, tu ne seras point récompensé ?! Ceci le poussera peut-être à délaisser le jeûne comme il a délaissé la Prière, coupant ainsi le dernier fil, parmi les actes d’adorations obligatoires, qui le rattachait à la religion. Cette attitude sera peut-être la cause de son éloignement définitif de la religion.

La meilleure attitude et la plus utile consiste à lui dire : que Dieu te récompense pour ton jeûne, mais tu dois compléter ton islam par ce qui est plus important que le jeûne, à savoir, la Prière. Tu as connu la faim et la soif et tu t’es privé pour obtenir la satisfaction de Dieu, pourquoi, fais-tu preuve de paresse lorsqu’il s’agit de te ranger aux côtés des prieurs et de t’incliner avec ceux qui s’inclinent à la recherche de la satisfaction de Dieu ?!

Conserver ce fil qui le rattache à l’islam, ne serait-ce qu’un mois chaque année, vaut mieux que de le rompre sans une autre alternative. La perte d’un œil est, dans tous les cas, mieux que la cécité.

Extrait du livre « fiqh as-siyam » de Dr. Youssef al-Qaradawi, traduit de l’arabe par Moncef Zenati

Cet article a été publié dans Havre de savoir le 25 juin 2015

Commentaires (7)

7 Réponses à Jeûner sans prier par cheikh Youssef al Qaradawi

  1. Imane

    on 23 juin 2015 at 12 h 52 min - Répondre

    Essalamu allaykum,
    je vous remercie pour cette article. Mais je tiens à vous signaler que la désobéissance ne signifie pas « Fisq » mais plutôt « Issyan » عصيان.
    Jazakum Allah khair.

  2. Mec du 93

    on 30 juin 2014 at 4 h 32 min - Répondre

    Moi beaucoup de monde me disait que jeûner sans prier ça ne servait à rien. Hamdullah je les ai jamais cru. Aujourd’hui je prie je jeûne et je tombe sur cet article. Big up à vous bon Ramadan à tous et one two three viva l’Algerie !

  3. Ltf

    on 28 juin 2014 at 19 h 48 min - Répondre

    Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dite dans les derniers paragraphes. Beaucoup de gens se mettent a prier pendant le ramadan justement pour que leur jeune soit accepté et pour ne pas se priver de manger et boire inutilement. Si je dis cela c’est parce que ce raisonnement à été la cause que je commence la prière assidument à 16 ans et, par la grâce d’Allah, je ne l’ai jamais plus délaissée. J’ai reçu des témoignage parmi ceux des jeunes qui trainent dehors et ne prient pas, ils m’ont dit « pendant le ramadan je suis résolu a prier car je me dis que si je ne prie pas, je jeune pour rien. Et je n’accepte pas l’idée de jeuner pour rien ainsi que le fait que mon jeune ne soit pas accepté. C’est une motivation supplémentaire mais ça deviens plus dur de s’accrocher après le ramadan ». J’ai aussi vu des cas semblables parmi mes proches, les gens se mettent a prier sans qu’on ait a leur courir après. C’est le mois ou les diables sont enchainés, les gens sont plus ouvert et c’est plus facile d’accomplir les adorations.

  4. Salah Eddine

    on 9 septembre 2013 at 13 h 01 min - Répondre

    Assalâmu aaleykum,
    Cher Ahmed, tu traduis « kafara » par « mécroire », mais la langue arabe est bien plus riche que cela. « kafara » veut surtout dire « cacher » ; il est courant de dire par exemple qu’un paysan « plante/cache » (du verbe kafara) la graine dans le sol.
    C’est la raison pour laquelle « kafara » veut aussi dire mécroire, au sens que l’être humain refuse la vérité qu’il cache à lui-même et/ou aux autres…
    Les savants (qui sont la majorité comme le précise l’article) ont bien compris que le hadith pouvait dire que celui qui ne fait pas la prière cache (ou se cache de)la vérité et de ce beau pilier de l’Islam.
    Si l’on ajoute à cela tout l’intérêt que représente le fait de ne pas éloigner les gens de la religion, cette explication prend tout son sens et devient conforme à l’esprit de l’Islam qui est « yass-ssir wa la tou3ass-ssir, bach-chir wa la tounaffir » (facilite plutôt que de compliquer, annonce des nouvelles réjouissantes plutôt que des nouvelles répugnantes/repoussantes »
    C’est pourquoi il ne suffit pas de citer un ou deux hadiths et de confronter leur sens littéral apparent pour contredire de nombreux savants qui ont une véritable connaissance de la science des hadiths et de la langue originelle de l’Islam.
    Et Dieu est plus savant.
    Was-salâm.

  5. Ahmed

    on 21 août 2013 at 15 h 29 min - Répondre

    Je trouve que cette fatwa n’est pas justifiée par un hadith ou un verset.
    le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :
    « Ce qui sépare l’homme de la mécréance et du polythéisme, c’est le fait de délaisser la prière » hadith authentique dans le Sahîh de Muslim.
    le Prophète prière et salut d’Allah sur lui, a aussi dit selon le hadith rapporté par Athermidi:
    « Le pacte qui existe entre nous (les musulmans) et eux (les mécréants) est la prière. Quiconque la délaisse a mécru. »

    • Abou

      on 29 juin 2014 at 15 h 09 min - Répondre

      Le gros problème des musulmans, c’est qu’ils n’écoutent plus et ne respectent plus leurs savants. Chacun se permet de critiquer les avis des savants sans aucune connaissance. Lorsque l’ignorance est mêlée à l’arrogance …

    • Abou

      on 29 juin 2014 at 15 h 11 min - Répondre

      Cher Ahmed, toi qui n’a aucune science tu connais ces haditns, tu penses que des savants comme cheikh al-Qaradawi qui a passé plus de 70 ans dans la science ne les connait pas. Un peu de bon sens!!!!!!

      la fatwa n’est pas justifié par un verset ou un verset: quelle arrogance!!!! et le verset de al-zalzala t’en fais quoi!!!!!!

Laissez un commentaire