Pourquoi les Musulmans sont-ils en retard et pourquoi les autres sont-ils en avance ?

ghazali
L’œil est attentif, l’argument solide. Rien de ce qui touche à l’Islam ne lui est étranger et son éloquence, il l’emploi à revivifier le message islamique, à le débarrasser des scories accumulées durant les siècles obscurs pendant lesquels les Musulmans déroutés, en venaient à exiger de l’Islam seul à ce qu’il les rétablisse dans leur gloire passée.

Le cheikh Mohamed El Ghazali rappelle quelques dures vérités et ne ménage pas ceux qui se sont assoupis à l’ombre de l’Islam.

Autour de quelques questions le cheikh Mohamed El Ghazali a tenu à rappeler quelques évidences.

En 1930 Chakib Arslan lançait sa fameuse interrogation : « Pourquoi les Musulmans sont-ils en retard et pourquoi les autres sont-ils en avance ? » Si cette question  vous étais adressée, que répondriez-vous?

 Interview paru dans le journal « Algérie Actualité » :

Cheikh Imam El Ghazali : Cette question mérite examen. Est-ce que le retard des Musulmans et le progrès des autres date des premiers temps (de l’Islam) ou depuis le Moyen Age ou depuis l’époque moderne. Je vous pose la question à mon tour et vous demande d’y répondre.

A.A. : il s’agit de l’époque contemporaine.

Cheikh Imam El Ghazali : L’époque moderne naturellement. Les Chrétiens en Europe ont progressé durant l’époque moderne tandis que les Musulmans n’ont pas avancé. La raison de ce retard réside dans le fait que les Musulmans se sont détournés des traditions vivantes que leur religion leur a élaborées. Leur religion s’est fondée sur le savoir, la justice, l’organisation, la propreté et bien d’autre valeurs sans lesquelles les civilisations ne sauraient exister. Ils ont délaissé ces valeurs de leur patrimoine et le résultat de tout cela a été leurs défaites et le rapport des forces a changé. En effet, après que les Européens au Moyen Age étaient des peuples arriérés et ne comptaient pratiquement pas dans le monde, ils sont devenus des pays plus développés que les pays Musulmans, parce qu’ils ont tiré profit du patrimoine de civilisation que les Musulmans leur ont légué. La civilisation en Europe n’a guère plus de trois ou quatre siècles d’existence. De quelle époque date la Renaissance de l’Europe? Elle date du 16ème siècle et avant qu’était l’Europe. L’Europe était un agglomérat de tribus de Saxons, de Germains, de Gaulois, de Vandales et autres tribus sans aucune importance historique ni aucune civilisation digne de ce nom. Les Grecs eux-mêmes doivent aux Arabes la conservation de leur patrimoine et la promotion de leur philosophie. Si la civilisation européenne a progressé depuis la Renaissance c’est en raison du profit qu’elle a tiré du patrimoine arabe transmis par l’Andalousie, le Sud de l’Italie, et par l’Europe de l’Est. Sans cet apport de la civilisation islamique l’Europe n’aurait pas pu atteindre cet état de développement auquel elle est parvenue. Quand à nous, notre retard provient du fait que nous portons le titre de Musulmans alors que nous ne pratiquons pas vraiment l’Islam. En fait, nous avons sombré dans l’anarchie, la barbarie, l’ignorance préislamique, et ‘autre troubles que l’on ne saurait attribuer à l’Islam.

A.A. : Ernest Renan dans la célèbre conférence «l’Islamisme et la Science» qu’il avait donnée en Mars 1883 à la Sorbonne avait  dressé un constat d’arriération. L’explication qu’il avançait était la «brutalité» du dogme musulman qui gouvernait la société sans séparation entre le spirituel et le temporel. Un siècle après, cette explication est reprise par beaucoup d’orientalistes. Faut-il y voir l’inimité que portent certains orientalistes à l’Islam ou bien, effectivement, cette affirmation contient-elle une part de vérité?

Cheikh Imam El Ghazali : L’orientalisme comporte plusieurs étapes. Au départ, l’orientalisme fut mauvais car il dépendait des gouvernements colonialistes, il reflétait les préjugés hérités des Croisades et il était mù par des motifs d’ordre religieux qui n’avaient aucun rapport avec la recherche scientifique  désintéressée. Puis l’Orientalisme a évolué et il s’est trouvé parmi les orientalistes des gens équitables avec lesquels il a été possible de trouver un terrain d’entente. Je peux dire que Thomas Arnold(1), dans son livre «Histoire de la propagation de l’Islam», a été plus équitable qu’aucun autre historien malgré quelques erreurs. Par contre Goldziher(2) nourrissait à l’égard de l’Islam une certaine hostilité due à sa formation première. Sous couvert de science il a déformé les faits et a avancé des hypothèses qui n’ont aucun rapport avec la vérité historique. Mais il existe un certain nombre d’orientalistes plus nombreux qui servaient en quelque sorte d’avant-garde à l’activité des missionnaires. Les considérer comme des savants ne serait pas conforme à la vérité. Ernest Renan a parlé de l’Islam mais il n’a pas été équitable et c’est pour cela qu’il eut avec Djamel El Din El Afghani une controverse connue en Europe(3). El Afghani était un penseur qui fut l’un des pionniers de la Renaissance islamique et c’était un homme capable de discernement. Il est possible que Renan ait alors révisé un peu son jugement et ses idées mais en fait il est resté fidèle à ses préjugés contre l’Islam. Il ne peut être considéré comme un savant impartial. L’orientalisme présente quelques aspects positifs et beaucoup d’aspects négatifs. Nous étudions les savants orientalistes à la lumière de la raison impartiale qui reste l’arbitre en entre eux et nous. On ne peut dire en aucune manière qu’il se sont voués à la science pour elle-même et il ne se sont pas départis des préventions héritées de leur milieu depuis le début de l’orientalisme(4) et ils sont restés hostiles à l’Islam.

A.A. : Mais la séparation entre le spirituel et le temporel dont parle Renan?

Cheikh Imam El Ghazali : Cette objection de Renan est mal fondée. En effet, le prophète de l’Islam a dit: «Vous connaissez mieux que moi les choses nécessaires à votre vie terrestre», cela veut dire que vous, les Musulmans, n’êtes pas orientés dans un sens déterminé lorsqu’il s’agit de votre activité profane; il ne vous dit pas comment cultiver la terre, comment vous devez fabriquer vos instruments, comment vous devez organiser votre travail, comment vous mouvoir dans un sens ou dans un autre dans l’existence. Ces activités là ne font pas l’objet d’un enseignement islamique contraignant car le prophète de l’Islam, et les prophètes avant lui, ne sont pas venus apprendre aux hommes l’agriculture, l’industrie ou le commerce. L’Islam enseigne aux Musulmans leur religion c’est-à-dire la foi, l’éthique et comment mettre leur existence terrestre au service de leur religion mais les Musulmans restent libres de se comporter comme ils l’entendent dans les choses de leur vie terrestre. Si la question qui nous est posée signifie que l’Islam a donné des directives à ses adeptes pour leur vie terrestre, elle n’est pas exacte. Nous sommes libres, en effet, d’inventer et de découvrir ce que nous voulons dans tous les domaines de la vie. Si votre question signifie que la religion islamique ne peut pas mettre à son service les choses de la vie, cela parait étrange. Aucune philosophie, athée ou chrétienne, n’a maîtrisé les progrès de la civilisation sans les mettre à son service et en tirer prétexte pour faire triompher ses principes. Quel mal y a-t-il en cela?

A.A. : Plusieurs intellectuels du monde arabe, parfois musulmans convaincus, sont choqués de ce que la société musulmane ne soit pas laïque…

Cheikh Imam El Ghazali : Si la politique comprend les lois relatives à la famille, à l’Etat, aux biens, aux délits et crimes, les questions touchant à l’honneur et le gouvernement du peuple selon une constitution déterminée, s’il en est ainsi alors l’Islam est à la fois religion et l’Etat, c’est-à-dire que l’Islam a élaboré des lois qui traitent des délits et des crimes nombreux pour l’organisation d’un Etat conforme à l’Islam et définit la fidélité que l’on doit à cet Etat. L’Islam a aussi défini les rapports entre les Musulmans et les autres peuples. Comme l’Union Soviétique représente le communisme et les Etats-Unis d’Amérique la démocratie occidentale, nous les Musulmans nous représentons l’Islam. Car pour nous l’Islam est à la fois religion et Etat. Nous ne voyons nulle part aujourd’hui des gens établir une distinction entre l’Etat et la philosophie politique et religieuse qu’il inspire. Est-ce que Karl Marx s’est contenté d’écrire «Le Capital» et de le faire éditer ou bien est ce qu’un Etat se réclamant du marxisme ne s’est il pas constitué, et le marxisme représente aujourd’hui la moitié du monde? La démocratie n’est pas restée une pure théorie que l’on enseigne dans les livres mais elle a inspiré la constitution de plusieurs Etats de l’Europe Occidentale et aux Etats-Unis. Pourquoi l’Islam resterait il une théorie? Il faut bien qu’il se réalise dans un Etat surtout s’il est en butte à des attaques qui voudraient le faire refluer et au besoin le paralyser. La société musulmane a besoin d’un Etat qui la protège, la défende et la représente.

A.A. : Comment pouvez-vous expliquer que la réflexion contemporaine la plus importante soit l’effet de non Musulmans alors que les penseurs et intellectuels musulmans s’avèrent quelque peu incapables de bâtir une «pensée musulmane critique à l’intérieur de l’Islam»?

Cheikh Imam El Ghazali : je ne suis pas responsable des mensonges des orientalistes et comment affirmer qu’il n’y a pas de critique constructive quand les savants et penseurs de l’Islam ont pour mission de propager l’Islam, de le faire mieux connaître, de corriger les écarts qui peuvent se produire dans la société musulmane. Dieu dit dans le Coran «qu’il se constitue parmi vous une communauté dont les membres appellent les hommes au bien, leur ordonne ce qui est convenable et leur interdise ce qui est blâmable, voilà ceux qui seront heureux.. »(5)

A.A. : Précisément, ces orientalistes se sont posés la question de savoir si l’Islam était un facteur de conservatisme ou de progrès…

Cheikh Imam El Ghazali : On ne peut pas poser la question de cette manière car il n’y a aucune religion qui soit conservatrice dans toutes ses parties ou progressiste dans toutes ses parties. Il y a dans toute religion des parties permanentes qui ne changent pas avec le temps comme la profession de foi et les pratiques religieuses. Si Dieu est Un comme je le crois cette croyance va-t-elle varier entre le sixième siècle et le vingtième? Les cinq prières de l’Islam sont obligatoires pour tout Musulman et il doit les accomplir chaque jour. Ce qui change c’est autre chose. Par exemple la concertation (Shûra) est un principe islamique. Elle a été appliquée d’une manière simple lors de la mort du prophète pour désigner son successeur. Aujourd’hui ce principe s’applique autrement par exemple par des élections générales. Le principe demeure mais les conditions de son application varient. Dans le commandement du bien et l’interdiction du mal, autre principe de l’Islam, les formes peuvent varier et ce rôle, par exemple, peut être joué par la presse qui critique sans que personne trouve à redire. Le Djihad est obligatoire pour les Musulmans quand il s’agit de défendre leur territoire mais la guerre se fait aujourd’hui par air, terre et mer. Décrire l’Etat et la civilisation musulmane comme étant tout de conservatisme ou tout de progrès est plutôt simpliste.

A.A. : Quelle société chrétienne a-t-elle jamais appliqué dans leur totalité les préceptes de l’Evangile? Pourquoi donc croit-on qu’il puisse en aller autrement de la société musulmane et de l’Islam?

Cheikh Imam El Ghazali : Il faut distinguer entre la société chrétienne et la société musulmane. Dans la société chrétienne médiévale, le pape incarnait le pouvoir spirituel et temporel. L’Empereur (Henri IV) s’est humilié trois jours devant le Pape avant que celui-ci daigne le recevoir. Les historiens occidentaux peuvent-ils nier cela? L’autorité de l’Eglise s’étendait alors à toute l’Europe. L’Evangile a donc été appliqué au moins pendant toute cette période. Nous pensons que cette manière de gouverner n’est pas conforme au christianisme authentique. Une partie des Chrétiens a contesté cette autorité de l’Eglise et c’est pour cette raison que Luther s’est insurgé contre l’Eglise catholique et a établi la réforme protestante. Les Protestants, à leur tour, ont bâti, un Etat religieux différent de celui des Catholiques. L’Evangile dit: «Il faut rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu». Or, les papes ont représenté à la fois Dieu et César. C’est contre l’empire chrétien de Byzance que les Musulmans se sont battus et contre leur empereur Heraklès que nous avons battus à Yarmouk(6). Il est donc inexacte de dire que le christianisme n’ait pas été appliqué par les Etats chrétiens… Quand à l’Islam il y à eu un Etat musulman du temps du Prophète. A l’époque des Califes orthodoxes l’Etat islamique est resté proche de l’Etat de Médine tandis que l’Etat omeyyade ou l’Etat abasside se sont écartés du premier modèle. Puis l’Etat musulman s’est dégradé à l’époque ottmane ou le Califat n’était plus qu’un symbole. Ce gouvernement  de l’Etat islamique a été détourné par les gouvernements qui n’étaient pas authentiquement musulmans. Aujourd’hui encore, il y a des Chefs d’Etat qui se disent musulmans mais qu’aucun savant juriste musulman ne peut considérer comme tels. Même s’ils se prétendent musulmans on ne doit pas les considérer comme tels.

A.A. : Le contenus de l’Islam est compris parfois comme collectiviste et égalitaire, d’autres fois comme aristocratique et hiérarchisé. L’Islam est revendiqué aussi bien par Hassan II que par Mâamar El Keddafi ou l’Imam KhomeÏny. En son nom, les adversaires politiques, tels l’Iran et l’Irak, s’affrontent. Cette récupération de l’Islam par des courants politiques est-elle propre à notre époque?

Cheikh Imam El Ghazali : l’Islam est à la fois religion et Etat et la mission de l’Etat musulman se résume en plusieurs volets. Le premier vise à la justice sociale par l’organisation financière, il interdit ensuite la constitution de classes qui accaparent les richesses et exploitent les autres, au détriment de la masse des affamés ou des opprimés. A l’époque des Califes orthodoxes, l’Etat musulman a effectivement joué ce rôle et a mené une politique favorable aux plus déshérités. Sous ces califes, l’Etat a équitablement réparti les biens et personne n’a souffert de la famine. Dans l’ensemble, les gens vivaient correctement. Au plan religieux, il faut que le responsable de l’Etat veille à la pratique des prières, doit développer les vertus, interdire l’adultère, les boissons alcoolisées, comme il doit interdire les délits et les crimes que l’Islam rejette. Il doit veiller à ce que la société qu’il administre doit reposer sur des bases saines et c’est lui (le Chef de l’Etat) qui doit donner l’exemple aux autres par son comportement. Ensuite aucun Chef d’Etat en Islam ne peut être héréditaire car les masses ne sont pas des marchandises ou des bêtes de somme dont le souverain peut hériter. Le Chef d’Etat musulman est choisi et on lui prête librement allégeance. Le Chef de l’Etat doit prêcher l’Islam aux autres et il est responsable de la défense (de l’Islam) en cas d’agression extérieure contre lui. Il doit contribuer à rendre les Musulmans forts pour qu’ils puissent se défendre, éventuellement. Maintenant, je constate que le Roi Hassan II est le premier souverain d’un pays musulman et les frères Musulmans se sont insurgés contre lui dans son pays et il les a fait condamner à mort et fait exécuter. L’opinion des frères musulmans sur lui est connue. L’opinion des islamistes sur lui est que c’est un souverain musulman qui doit encore franchir plusieurs étapes pour présenter l’image exacte de l’Islam. Keddafi ne croit pas à la tradition du Prophète (Sunna) c’est-à-dire qu’il ne croit pas à la moitié de l’Islam et il a déclaré cela explicitement. On ne peut donc pas le considérer comme un chef d’Etat musulman au sens propre du terme. Khomeïny représente une secte de l’Islam qui est le chiisme (Shi’a) et il ne reconnaît pas l’Etat des Califats orthodoxes alors que la majorité du monde musulman reconnaît cet Etat. Il se dit musulman et nous ne pouvons pas lui méconnaître cette qualité comme nous ne pouvons pas méconnaître son mérite à avoir renversé une monarchie immorale qui a porté préjudice à la communauté (iranienne) et à l’Islam en premier lieu. Mais il n’est pas exacte de dire qu’il représente le Califat orthodoxe.

A.A. : Comment alors comprendre que l’Iran et l’Irak s’affrontent de cette façon ….. soldats  meurent au nom «d’Allahou Akbar»?

Cheikh Imam El Ghazali: Non. Vous savez bien qu’aucun partisan du Baas arabe ne meure en prononçant la formule «Allahou Akbar». Vous savez cela. Michel Aflak s’est battu au nom d’«Allahou Akbar»?(7)

A.A.- Je veux dire…

Cheikh Imam El Ghazali : Laissons cela, il ne faut pas attribuer à l’Islam…

A.A. : Vous ne m’avez pas bien compris… Je veux dire…

Cheikh Imam El Ghazali : Michel Aflak est l’homme du Baas arabe…

A.A. : Excusez-moi, je veux dire…

Cheikh Imam El Ghazali: …qui n’a pas combattu Khomeïny au nom de l’Islam. Le Baas a combattu Khomeïny pour des questions de frontières, c’est un conflit localisé. Nous Musulmans nous voulons parvenir à une entente entre les parties, mais dire que le Baas se bat au nom d’«Allahou Akbar», non!

A.A. : Il y a un malentendu, je veux dire plus simplement qu’il s’agit d’un combat entre Musulmans.

Cheikh Imam El Ghazali : Est-ce que vous avez entendu des soldats irakiens mourir en disant Allahou Akbar? Non, non, laissez cela! Vous avez voulu dire que l’invocation «Allahou Akbar» a trompé les deux parties…

A.A. : Depuis le début du siècle la confrontation entre le modèle idéal, l’Islam des Califes orthodoxes et l’époque, gangrenée par l’Occident et la société de consommation, ont conduit les société musulmanes, affaiblies par l’exploitation coloniale, à de multiples interrogations. Le courant des frères musulmans a prétendu restaurer le lustre d’antan en rétablissant l’Islam dans l’esprit et la terre. Partant de ce principe, les frères musulmans sont devenus, quel que soit le pays et le régime en place de virtuels partis d’opposition qui n’hésitent pas à recourir à la violence pour contester le pouvoir politique, qu’il soit de droite ou de gauche…

Cheikh Imam El Ghazali : En premier lieu, il faut reconnaître qu’il y a un réveil du monde musulman d’aujourd’hui, il n’y a pas de doute, les masses musulmanes n’attendent pas la situation à laquelle elles se trouvent confrontées qui se caractérise par l’exploitation et la  faiblesse. En Algérie, par exemple, nous les Musulmans, nous avons été maltraités dans notre dignité et notre religion a été méprisée, il fallait donc une Résistance armée pour chasser les Français du pays afin que la terre revienne à ses habitants et que la religion musulmane retrouve sa place et personne ne peut mettre en doute que les Algériens se soient battus pour sauvegarder leur religion, leur histoire, leur patrimoine, leurs vies. Il en est ainsi pour le reste des Musulmans dans le monde. Ils se battent actuellement pour sauvegarder leur religion et s’affirmer comme Musulmans. Pourquoi serait-ce une tare pour les Musulmans de se réclamer de l’Islam alors qu’il n’est pas honteux pour les Juifs de se réclamer d’Israël. Le monde contemporain civilisé trouve normal que la manifestation religieuse chez les Juifs est digne d’intérêt; il soutient les Juifs contre les Arabes et les Etats-Unis et l’Europe occidentale affirment qu’Israël a été fondé pour durer en tant qu’Etat religieux. Pourquoi le fait  de ce réclamer de l’Islam serait-il un crime alors que le fait de se réclamer de la Torah est une œuvre méritoire et se réclamer du judaïsme une chose tout à fait normale. L’objection faite à l’Islam sous-tend une rancune tenace de la part du monde occidental. Cela veut dire que l’Occident reproche à l’Islam et à ses adeptes leur droit à l’existence. Je vois en ce moment des choses étonnantes. Des Noirs africains se font tuer par milliers par des Blancs en Afrique du Sud, ces Blancs qui exploitent leurs terres et les massacrent. Les colonisateurs sionistes en Palestine fond la même chose. Qu’est-ce qui explique que l’Europe occidentale et les Etats-Unis font preuve de calme et de compréhension à l’égard des occupants en Afrique du Sud et en Palestine et les traite comme des Etats respectables alors qu’ils appellent «terroristes» ceux qui résistent à l’occupation coloniale en Afrique du Sud et en Palestine. Quel raisonnement logique y a-t-il dans cette interprétation des faits? Comment traiter de violent ceux qui veulent vivre conformément à leur religion, libres dans leur propre pays sans que personne ne viennent le leur disputer. En d’autres termes, dans cette logique, celui qui a perdu sa maison et se trouve dépouillé de tout est considéré comme coupable tandis que celui qui a occupé sa maison indûment est considéré comme opprimé et victime d’agression. Comment comprendre les choses autrement?

A.A. : Il s’agit d’autre chose. Actuellement, il y a une lutte pour le pouvoir menée par les frères musulmans. Rappelez-vous le meurtre de Sadate. Il s’agit de Musulman qui s’attaquent à d’autres Musulmans…

Cheikh Imam El Ghazali : Où?

A.A.- Dans tous les pays arabes…

Cheikh Imam El Ghazali: Non, ce n’est pas tout à fait exact.

A.A. : Mais la mort de Sadate?

Cheikh Imam El Ghazali : Sadate fut accusé d’avoir trahi l’Islam et les Musulmans et ceux qui l’ont tué ne l’ont pas fait parce qu’il était Musulman, mais parce qu’il avait trahi la Communauté musulmane et qu’il avait abandonné la terre aux Israéliens. Dans un tel contexte dire qu’un Musulman a tué un Musulman est étrange car si l’assassin pensait que Sadate était Musulman il n’aurait pas attenté à sa vie ni même agressé mais il avait constaté qu’il était contre l’Islam lorsqu’il avait abandonné des territoires aux sionistes. Quant à vouloir arriver au pouvoir par la violence cela est contraire aux principes de l’Islam enseignés par le Coran car le pouvoir chez nous découle de la concertation, d’élections libres et d’un esprit juste qui se propose au choix des gens, voilà l’Islam. La prise du pouvoir par d’autres moyens ne se justifie pas et c’est pour cela que nous réprouvons les coups d’Etats militaires qui visent à la prise du pouvoir et refusons les révoltes armées qui ont pour objectif de prendre le pouvoir à l’encontre de la volonté populaire car le pouvoir chez nous découle de la volonté populaire. Si une minorité de personnes veut, par les armes, s’approprier le pouvoir cela ne se justifie pas.

A.A. : Des milliers de mosquées se construisent à travers le pays. Des centaines d’Imams appointés par le gouvernement. Leurs sermons sont relayés par la télévision, mais il semble y avoir une mauvaise réception du message par les fidèles. La langue de bois qui sévit dans la communication n’est-elle pas en cause?

Cheikh Imam El Ghazali : Nul doute que de nombreuses mosquées se construisent aujourd’hui parce que durant la colonisation la construction des mosquées était interdite et certaines d’entre-elles étaient transformées par l’occupant en églises. Que la communauté musulmane construise les mosquées qu’elle n’a pas pu édifier pendant toute cette période est tout à fait naturel. Ce qui est aussi normal c’est, après que le peuple algérien soit passé de 10 à 22 millions d’habitants, la construction de mosquées se multiplie tant et plus. Reste cependant à savoir si toutes ces mosquées suivent bien la mouvance du ministère des Affaires religieuses. Je peux vous répondre que non. Et il ne se trouve pas de savants en religion pour pourvoir les mosquées. Ceux qui prêchent dans ces mosquées sont des bénévoles dont certains sont compétents alors que d’autres ne le sont pas et il n’est pas possible d’empêcher une personne conduisant la prière du vendredi de faire son prêche car il n’a pas été prévu quelqu’un de valable pour le remplacer. Il n’y a pas d’appareil religieux complet en mesure de garnir toutes ces mosquées. Les mosquées existent qui suivent l’Etat effectivement et où l’on entend des sermons valables et où l’on trouve des imams qui ont quelque capacité. Ce sont ces imams que l’Etat rétribue tandis que ceux qui n’ont ni capacité, ni qualification ne le sont pas. L’Etat a édifié l’Université islamique (de Constantine) afin qu’elle puisse fournir des ulémas capables de jouer leur rôle religieux sur de véritables bases. Dans l’état actuel des choses, il n’est pas possible de dire que l’Etat emploie des ulémas et qu’il est pleinement  responsable de ce qui se dit dans les mosquées. Non.

A.A. :Aujourd’hui, il semble qu’il se pose un problème d’adéquation entre la norme coranique et le vécu quotidien. Beaucoup de problèmes ont surgi. Une Musulmane se marie avec un athée ou un non Musulman. Ce mariage sera-t-il validé et peut-on toujours considérer cette femme comme Musulmane? Un Musulman vit dans un pays ou la cuisine se fait à base de porc ou de graisse de cet animal; sera-t-il considéré comme vivant dans le pêché? L’Islam peut-il prendre en compte tous les problèmes qui sont apparus avec le siècle et qu’il n’avait pas pu prévoir?

Cheikh Imam El Ghazali : Non, elle ne peut pas se marier avec un athée ou un Chrétien, car ils ne respecteront pas sa religion car ils peuvent dire du mal de sa religion ou de son Prophète, tandis qu’un Musulman marié à une non musulmane est tenu de respecter sa religion.

A.A- Actuellement dans le monde, de nombreuses musulmanes…

Cheikh Imam El Ghazali: Nombreuses ce n’est pas vrai. En Egypte par exemple, nous ne connaissons rien de tel.

A.A. : Il s’agit de Musulmanes mariées en Europe avec des non- Musulmans…

Cheikh Imam El Ghazali : Ces femmes-là ne sont plus Musulmanes, elles sont sorties de l’Islam et ces femmes là ne peuvent pas servir d’argument pour modifier la société islamique et l’Islam.

Quant au Musulman qui vit en Europe, il n’a qu’à s’abstenir de consommer ce qui est interdit. Pourquoi pose-t-on cette question au Musulman et pas au Juif? Les Juifs ne consomment ni porc, ni viande abattues par les Européens. Le respect de sa religion par le Musulman pose problème. Pourquoi? Pourquoi l’Islam serait-il en retard parce qu’il refuse de consommer des boissons alcoolisées ou de manger du porc. Dernièrement, j’ai remarqué que M. Gorbatchev a refusé un verre de vodka qu’on lui a proposé et a demandé du thé car l’alcoolisme est un fléau pour les citoyens de son pays et sape la société soviétique comme il a sapé la société européenne. L’Islam qui interdit l’alcoolisme serait réactionnelle. Quelle est cette logique?

A.A. : Certain pays musulmans ont réintroduit la chari’a à la place du droit positif. Un voleur aura la main coupée, la personne adultère recevra quatre-vingt coups de fouet, à moins qu’elle ne soit lapidée etc, etc. Ce retour aux sources peut-il être considéré comme bénéfique pour la protection de la société contre les fléaux qui peuvent la menacer?

Cheikh Imam El Ghazali : Aucun Etat musulman n’applique aujourd’hui la chari’a dans son intégralité.

A.A. : Et la Mauritanie, le Soudan, le Pakistan….

Cheikh Imam El Ghazali : Même pas. Il n’y aucun pays musulman qui est vraiment revenu aux sources du pouvoir selon l’Islam. Il ne suffit pas de punir le voleur pour dire qu’on revient à l’Islam. Il ne suffit pas d’appliquer la chari’a car l’Islam est une religion globale car toutes les fonctions de l’Etat musulman doivent être exercées en même temps. Le fait que l’Europe admet l’homosexualité et la licence sexuelle est-il un progrès? Cela veut-il dire que leur civilisation actuelle est respectable alors que l’Islam qui interdit toutes ces pratiques serait en retard?

A.A. : Le message coranique est la plupart du temps considéré comme novateur, voire révolutionnaire. Dans la pratique sociale il semble que certaines de ses dispositions contredisent les règles d’égalité que le droit positif veut instaurer par ailleurs. Un exemple parmi d’autres: la constitution algérienne dispose que les citoyens et citoyennes sont égaux devant la loi. L’homme cependant aura la possibilité de se marier plusieurs fois, il disposera de la volonté unilatérale de divorcer en ce cas il gardera, sauf exception, le logement même si la garde de l’enfant est confiée à la mère. En cas de partage les parts des filles seront de moitié inférieures à celle des garçons… L’un dans l’autre, nous nous trouvons devant des chiffres extraordinaires. Seul un pourcentage très limité de la population active féminine travaille. Est-il normal que les pays musulmans s’arrangent pour mettre la moitié de la population virtuellement active de côté et comment alors parler de progrès, voire même d’humanisme?

Cheikh Imam El Ghazali : La polygamie est-elle une coutume musulmane ou bien une coutume judéo-chrétienne? L’Islam a-t-il inventé la polygamie? Je pose cette question aux Juifs et aux chrétiens. Celui qui prétend que c’est l’Islam ne dit pas la vérité car la polygamie existe dans la Bible et notamment dans l’Ancien Testament. Il n’y a aucun texte religieux qui interdise la polygamie. Ils veulent supprimer la polygamie mais pourquoi aurotisent-ils l’adultère? Le patriarchie Abraham avait deux femmes et Salomon avait 300 épouses et 700 concubines, ceci est dans l’Ancien Testament. Quand au travail féminin, il faut d’abord considérer que le fait que la mère s’occupe de ses enfants n’est pas négligeable. Une dame, ministre français, a déclaré récemment qu’il vaut mieux que la mère s’occupe de ses enfants plutôt qu’être secrétaire dans un bureau. Il faut noter que la civilisation européenne est très avancée sur le plan technologique, mais elle ne l’est pas sur le plan moral.

                                                          Propos recueillis par Mustapha CHELFI

Traduction de Cheikh Bouamrane

Premire parution ici

———————————–

(1) Islamologue anglais, Professeur de Mohamed Iqbal, mort il y a quelques années.

(2) Elevé dans l’empire austro-hongrois, orient hostile à l’Islam.

(3) Référence à la réfutation de Djamel El Din El Afghani après la conférence d’Ernest Renan et parue dans le «Journal des débats», 18 mai 1883.

(4) Ramon Lulle mort en 1316 à Palma est considéré comme le premier orientaliste de renom.

(5) Coran III, 104.

(6) Bataille qui a opposé les armées musulmanes a celui de l’Empereur Heraklès à Yarmouk en 636.

(7) Fondateur du baasisme Michel Aflak est d’origine syrienne et sa doctrine s’est répandue en Irak également.

Cet article a été publié dans Havre de savoir le 31 janvier 2016

Commentaires (2)

2 Réponses à Pourquoi les Musulmans sont-ils en retard et pourquoi les autres sont-ils en avance ?

  1. Hanane

    on 5 février 2016 at 21 h 45 min - Répondre

    @baraa: Vous devez être une adepte des dires d’Imran Hossein on ressent quelques dires propres à lui dans votre commentaire. Je vais vous répondre brièvement car moi-aussi je me suis posée ces questions il y a de nombreuses années.
    J’ai fini par comprendre que toute civilisation ayant connu son apogée passe par ce stade avant toute renaissance.
    Nous vivons actuellement dans le système capitaliste (l’argent est le centre du monde,l’homme n’est plu) qui est à l’opposé des valeurs islamiques.

    Pourquoi les musulmans lisent si peu et écrivent si peu ?
    Je ne sais pas d’où vous direz ces conclusions mais une chose est sûre les musulmans lisent beaucoup (au minimum la sourate al kaqf après la salat du vendredi) mais ils écrivent peu car leurs dirigeants interdisent toutes éditions d’œuvre non conforme à l’idéologie occidentale.
    Aristote disait il y a de cela des siècles que pour maintenir la population dans l’ignorance il fallait le maintenir dans la pauvreté. « Il est aussi dans l’intérêt d’un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu’il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu’il soit si occupé à ses tâches quotidiennes qu’il n’aie pas le temps pour la rébellion. »
    Aristote (384-322 A. J.-C.) , extrait de la Politique
    https://nicomaque.files.wordpress.com/2015/02/aristote-3.jpg
    Vous remarquerez aussi que l’islam pousse ces fidèles à étudier,à lire,à apprendre,à acquérir le savoir pour comprendre son Seigneur c’est pourquoi la première sourate révélée au Prophète(saws) a était la sourate 96 l’adhérence. Il est dit clairement de lire,d’apprendre,et d’acquérir du savoir au moyen de la plume.
    Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux / l’Origine, le Compatissant / l’Arrangeant*.
    1. Lis au Nom de ton Seigneur qui a tout créé,
    2. qui a créé l’homme d’une adhérence/un lien !
    3. Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie !
    4. C’est Lui qui a fait de la plume un moyen du savoir
    5. et qui a enseigné à l’homme ce qu’il ignorait.
    6. Et pourtant c’est cet homme-là qui devient rebelle,
    7. dès qu’il se sent en mesure de se suffire à lui-même,
    8. comme si tout n’était pas destiné à faire retour à ton Seigneur !
    9. Que dire alors de celui qui s’emploie à empêcher
    10. un fidèle d’accomplir sa Prière ?

    Bismillâhi Ir-Rahmâni Ir-Rahîmi
    1. Iqrâ bismi Rabbika alladhî khalaqa
    2. Khalaqa al-insâna min ‘alaqin
    3. Iqrâ wa Rabbuka allakramu
    4. Alladhî ‘allama bil-qalam
    5. ‘allama al-insâna mâ lam ya‘lam
    6. Kallâ innal-insâna la yatghâ,
    7. Anr-ra-‘âhus-taghnâ
    8. Inna ilâ Rabbika ar-rudj‘â
    9. Ara‘ayata alladhî yanhâ
    10. ‘Abdan ‘idhâ sallâ ?

    Pourquoi acceptent ils que des monarchies rétrogrades parlent au nom de l’islam et financent des guerres de fitnah ?
    Parce qu’ils vivent sous des dictatures,des monarchies misent en place par les usa comme le sont l’europe,l’afrique et l’amérique latine avec leurs candidats pro-libérales/américain (les libéraux s’enrichissent pendant que la population subit la misère,la répression,l’austérité. Aucune politique sociale) qui ont remporté les élections récemment en Argentine et au Vénézuela. Comme le disent pas mal de savant saoudien en prison ils ont l’apparence de musulmans mais ils mélangent le faux et le vrai en parlant de l’islam pour mieux corrompre les cœurs des croyants. Ils financent des guerres pour leurs propres intérêts ou pour les intérêts occidentales.

    Pourquoi tant de musulmans ont ils oublié la Palestine au profit de conflits politiques entre musulmans, en Syrie, en Libye, en Irak, au Yémen, à Bahrein, au Mali, etc. ?

    Les musulmans n’ont pas oubliés la Palestine. Ce sont les HYPOCRITES,les taghouts qui l’ont oublié et se lancent dans des conflits politiques entre pays voisins car l’adage dit bien que pour régner il faut diviser les individus et l’exemple de l’Irak est flagrant. Nous savons également que les pays où sévissent ces conflits comme le mali par exemple ont été orchestré par la france pour les intérêts d’areva (uranium) alors que les maliens avait voté pour leurs dirigeants,le nord à majorité touareg pouvait après des élections même appliquer la charia. Cela n’a pas plu à la France et c’est ainsi que les opposants politiques ont été mis en prison après l’invasion du Mali par la France. Dans la Sira, le Prophète (saws) nous mettait en garde il ne craignait pas pour nous le fait de quitter la religion mais le délaissement,l’individualisme entre musulmans. Le fameux chacun pour soi!

    Pourquoi est-ce que le printemps arabe est devenu un hiver et pourquoi tant « d’islamistes » ont commis tant de crimes sordides ?
    La majorité des crimes commis après le printemps arabe sont l’œuvre de l’Otan et des usa.
    Quand vous dites qu’il sont l’œuvre de tant d’islamistes c’est faux. L’invasion de la Libye,l’invasion de la Syrie,l’invasion de la Palestine,du Yémen,les massacres du coup d’État en Égypte sont l’ouvre de mercenaires,de l’Otan,des colons sionistes..etc
    Les islamistes c’est l’arbre qui cache la forêt,une pure propagande made in usa. Pourquoi dans certains documentaires on voit des mercenaires américains,français au côté des kurdes,de l’armée d’irak qui bizarrement sont habillés comme les membres de daesh à la mode militaire américaine.

    Les musulmans ne sont pas en retard car des pays musulmans (Turquie,Malaisie,EAU,Arabie saoudite,Koweït,Singapour,Brunei,Nigeria,Qatar….) sont du même niveau que les pays du Nord certains sont mêmes plus avancés que l’Inde,l’Amérique latine, Asie orientale, Asie centrale post-soviétique et même Afrique du Sud. Vous devriez revoir vos références.
    Les musulmans sont humiliés c’est différent parce qu’ALLAH le dit plusieurs fois dans le coran si vous délaissez la religion vous serez humiliés et vous vous retrouverez comme l’était les tribus d’Arabie avant l’événement de l’Islam:humilier et insignifiant.

    Pourquoi l’économie islamique ne sort pas de la dictature du dollar ribahtique ?

    Le monde économique est régit par le dollar depuis les accords de Bretton Woods signés en juillet 1944. Les seuls pays qui ne suivent pas cette ligne économique mondiale sont ceux vivant en circuit fermés et n’utilisant aucune monnaie,devise.
    L’économie islamique existe mais très peu de pays l’a suivent (EAU,Arabie saoudite,les banques Indonésiennes frappent des dinar or sans riba pour les clients musulmans soucieux de leurs économies https://www.youtube.com/watch?v=XmmTvGP_Nhs ..) et le projet de Khadafi (dinar or)a échoué depuis son abominable assassinat en 2011.
    Les usa sont en déclin et le jour où cet empire s’écroulera on pourra parler de fin du dollar ribahtique.
    Il existe un livre de Myret Zaki « La fin du dollar:La fin du dollar: comment le billet vert est devenu la plus grande bulle spéculative de l’histoire » qui explique bien cela.

  2. baraa

    on 31 janvier 2016 at 23 h 30 min - Répondre

    Le problème est qu’à l’époque, les musulmans étaient en retard sur les pays développés d’Occident mais aujourd’hui, c’est pire, il est en retard sur tous les autres anciens pays colonisés, Amérique latine, Asie orientale, Inde, Asie centrale post-soviétique et même Afrique du Sud qui l’ont largement devancé. Il faut donc redoubler de questionnements. Le retard est économique, il est social et il est culturel. Pourquoi les musulmans lisent si peu et écrivent si peu ? Pourquoi acceptent ils que des monarchies rétrogrades parlent au nom de l’islam et financent des guerres de fitnah ? Pourquoi tant de musulmans ont ils oublié la Palestine au profit de conflits politiques entre musulmans, en Syrie, en Libye, en Irak, au Yémen, à Bahrein, au Mali, etc. ? Pourquoi est-ce que le printemps arabe est devenu un hiver et pourquoi tant « d’islamistes » ont commis tant de crimes sordides ? Pas seulement Daech, mais An Nosra, Jaysh el islam, etc, etc, etc ? Pourquoi l’économie islamique ne sort pas de la dictature du dollar ribahtique ?

Laissez un commentaire