Le Prophète (saws) et l’environnement

Le message du Prophète Mohammad (saws) une miséricorde pour toute l’humanité. Dieu dit : « Et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers » (les prophètes : 107). Ainsi, établir cette miséricorde sur terre est l’une des finalités de l’islam. Cela implique que toute forme de corruption sur terre est interdite.

Dieu en relatant les propos de Son prophète Shou’ayb : « Je ne veux que la réforme, autant que je le puis. Et ma réussite ne dépend que de Dieu » (11 : 88). Dieu dit également : « Et Moïse dit à Aaron son frère : « Remplace-moi auprès de mon peuple et agis en bien, et ne suis pas le sentier des corrupteurs » » (7 : 142), « Pharaon était hautain sur terre ; il répartit en clans ses habitants, afin d’abuser de la faiblesse de l’un d’eux : Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre » (28 : 4). Dieu en évoquant la loi divine que Shou’ayb apporta à son peuple : « Donnez donc la pleine mesure et le poids et ne donnez pas aux gens moins que ce qui leur est dû. Et ne commettez pas de corruption sur terre après sa réforme » (7 : 85). Dieu dit dans un autre verset : Il dit en relatant les propos de son prophète Salih envoyé au peuple de Thamoud : « Ne semez pas de trouble sur terre comme des fauteurs de désordre » (7 : 74). Dieu dit en s’adressant à la communauté musulmane : « Et ne commettez pas de corruption sur terre après sa réforme » (7 : 56).

Tous ces textes à portée générale et bien d’autres indiquent clairement et explicitement que l’objectif suprême de la shari’a est la réforme et l’éradication de la corruption et du désordre.

La corruption englobe ici la corruption sous toutes ses formes : morale, sociale, religieuse et politique. Elle englobe également la corruption environnementale. Certains versets visent particulièrement cette forme de corruption. Dieu dit : « Dès qu’il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Dieu n’aime pas le désordre » (2 : 205), « Mangez et buvez de ce que Dieu vous accorde et ne semez pas de trouble sur terre comme des fauteurs de désordre » (2 : 60)

En parfaite concrétisation de la finalité coranique, il y a dans les enseignements prophétiques un appel à la préservation de l’environnement.

En effet, le Prophète (saws) commandait la préservation de l’environnement des manières suivantes :

La préservation de l’environnement contre toute destruction :

Le Prophète (saws) appelle à préserver toutes les composantes de l’environnement. Il interdit dans ce sens de s’en prendre aux animaux en disant : « Quiconque tue un oiseau inutilement, cet oiseau se plaindra le Jour de la Résurrection en disant : « Untel m’a tué inutilement. Il ne m’a pas tué pour un profit » »[1]

« Une femme fut châtiée pour avoir emprisonné un chat jusqu’ à ce qu’il mourut. Elle ne l’a ni nourri ni abreuvé étant donné qu’elle l’a empêché de sortir, et elle ne l’a pas non plus laissé libre pour qu’il se nourrisse des bestioles de la terre »[2]

Il interdit aussi de s’en prendre aux plantations en disant : « Quiconque arrache un jujubier, Dieu mettra sa tête dans le Feu de l’Enfer »[3]

La préservation de l’environnement par l’interdiction de la pollution :

Le Prophète (saws) dit : « Lorsque l’un de vous veut uriner, qu’il recherche un endroit où son urine peut être facilement évacuée »[4]. C’est-à-dire, qu’il choisisse un endroit qui permet d’effacer les traces de l’urine rapidement pour ne pas polluer les alentours. C’est dans ce sens qu’il dit dans une autre version : « Gardez-vous des trois sources de malédiction : les excréments dans les abreuvoirs et sources, en plein passage et à l’ombre »[5].

Le Prophète (saws) a également interdit d’uriner dans une eau stagnante. Il dit : « Que l’un de vous n’urine pas dans une eau stagnante qui ne coule pas, puis se lave dedans »[6]

La préservation de l’environnement par l’interdiction du gaspillage et la surconsommation :

L’islam interdit tout gaspillage et tout excès. Dieu dit : « Les gaspilleurs sont les frères des diables » (17 : 27 », « Et ne gaspille pas indûment » (17 : 26). D’ailleurs le Coran considère le gaspillage comme une forme de corruption sur terre. Dieu dit : « N’obéissez pas à l’ordre des outranciers, qui sèment la corruption sur terre et ne sont pas de nature à réformer » (26 : 151 – 152). Et puisque le gaspillage est le fait de dépenser sans profit, l’islam a interdit par précaution toute forme de gaspillage aussi insignifiant qu’il paraît. C’est dans ce sens que le Prophète (saws) interdit le gaspillage d’eau même pour accomplir un acte d’adoration tel que les abutions mineures ou majeures. Voyant Sa’d faire les ablutions, le Prophète (saws) lui dit : « Ne gaspille pas ! ». Sa’d dit alors : « Même quand il s’agit d’eau ? ». Le Prophète (saws) dit : « Oui ! Même si tu te trouvais au bord d’une rivière ! »[7]

Le Prophète (saws) fit ses ablutions en répétant chaque acte trois fois, puis dit : « Voici comment faire les ablutions, quiconque en fait plus est coupable d’une mauvaise action et d’une injustice »[8] Il considère ainsi que le quatrième lavage relève du gaspillage.

Le Prophète (saws) mit son enseignent en pratique puisqu’un « sa’ » (quatre fois le contenu des deux mains tendues) d’eau lui suffisait pour les ablutions majeures, et un « moud » (le contenu des deux mains tendues) lui suffisait pour les ablutions »[9]

Parmi les orientations prophétiques à ce sujet, figure l’interdiction de l’excès d’urbanisation. Le Prophète dit (saws) : « Parmi les signes précurseurs de l’Heure : Lorsque les bergers construiront de hautes constructions »[10], « L’homme est récompensé pour ses dépenses sauf pour la terre ou la construction »[11]. Les constructions interdites sont bien sûr les constructions inutiles.

La préservation de l’environnement par son développement :

L’islam protège les ressources naturelles par l’entretien et l’interdiction du gaspillage, mais aussi par un autre moyen plus efficace, à savoir la fructification et le développement. C’est dans ce sens que le Prophète (saws) dit : « Lorsque le musulman plante un arbre, tout ce qui sera mangé de cet arbre lui sera compté comme une aumône, tout ce qui sera volé de cet arbre lui sera compté comme une aumône. Tout ce que les animaux sauvages en mangeront lui sera compté comme une aumône, tout ce que les oiseaux en mangeront lui sera compté comme aumône, et tout ce qui lui est pris de cet arbre lui sera compté comme une aumône »[12]

Dans le but de la fructification de l’environnement, l’islam considère que le fait de vivifier une terre morte sans propriétaire est une cause de se l’approprier. Le Prophète (saws) dit : « Quiconque vivifie une terre morte en devient le propriétaire »[13]

Le Prophète (saws) incite les propriétaires à fructifier leurs terres. A défaut, qu’ils les confient à d’autres pour le faire. Il dit : « Quiconque possède une terre, qu’il la travaille, ou qu’il la confie à son frère »[14]

En plus du développement agricole, le Prophète (saws) fut attentif à la production animalière comme un facteur de protection de l’environnement. Dans ce domaine, les enseignements du Prophète (saws) ne se limitèrent pas à l’interdiction de nuire aux animaux ou de les exterminer. Ils enjoignent, ils dépassèrent ce stade pour commander de prendre soin des animaux sur les plans quantitatif et qualitatif, au niveau des bêtes et de la production. C’est ainsi que le Prophète (saws) interdit la castration des chevaux et du bétail[15].

Le Prophète (saws) insista sur la protection des animaux de manière à les prémunir des maladies et l’amaigrissement. Il dit : « Craignez Dieu au sujet de ces animaux. Montez-les alors qu’ils sont sains, et mangez-les alors qu’ils sont sains »[16]

Afin de garantir la reproduction animalière, le Prophète (saws) interdit d’exposer les bêtes saines aux bêtes atteintes d’infections contagieuses. Il dit : « Ne faites pas entrer une bête malade avec une bête saine »[17]

Pour préserver la production animalière, le Prophète (saws) interdit l’immolation des brebis laitières. Il dit à l’un de ses compagnons que était sur le point de choisir une brebis pour l’immoler : « Evite surtout la laitière ! »[18]

Les orientations prophétiques concernant le développement de l’environnement au niveau agricole et animalier ne s’arrêtent pas au seul fait de pourvoir aux besoins nutritionnels ou autres de l’être humain. Elles s’étendent à ce qui permet de préserver l’équilibre écologique. C’est dans ce sens que le Prophète (saws) dit : « Si l’heure de la fin des temps parvient à l’un de vous alors qu’il tient dans la main un arbuste, s’il peut faire en sorte que l’Heure ne se manifeste pas avant qu’il le plante, alors qu’il le plante ». Le développement de l’environnement exigé dans ce hadith dépasse le besoin de l’être humain à la végétation, car le temps ne permet plus d’en tirer profit, ce qui prouve que le but suprême du développement de l’environnement est la préservation de l’équilibre écologique et de l’écosystème, car toute défaillance dans cet équilibre est préjudiciable pour la vie, or la préservation de la vie est l’une des finalités suprêmes que l’islam vise à réaliser.

Moncef  Zenati

[1] – Rapporté par an-Nasa-y

[2] – Rapporté par al-Boukhari

[3] – Rapporté par Abou Daoud

[4] – Rapporté par Abou Daoud

[5] – Rapporté par Abou Daoud et Ibn Majah

[6] – Rapporté par al-Boukhari

[7] – Rapporté par Ibn Majah

[8] – Rapporté par Ahmed, an-Nasa-y et Abou Daoud

[9] – Rapporté par Mouslim

[10] – Rapporté par al-Boukhari

[11] – Rapporté par at-Tirmidhi

[12] – Rapporté par Mouslim

[13] – Rapporté par at-Tirmidhi

[14] – Rapporté par al-Boukhari

[15] – Rapporté par Ahmed

[16] – Rapporté par Abou Daoud

[17] – Rapporté par al-Boukhari

[18] – Rapporté par Mouslim

Cet article a été publié dans Havre de savoir le 16 avril 2015

Commentaires (2)

2 Réponses à Le Prophète (saws) et l’environnement

  1. Abdelmounaim

    on 29 mars 2016 at 22 h 41 min - Répondre

    Salam alaykoume ,
    Baraka ALLAHOU fikoume pour l’article mais Il faut faire attention en ce qui concerne la traduction du coran : « Pharaon était hautain sur terre ; il répartit en clans ses habitants, afin d’abuser de la faiblesse de l’un d’eux : Il égorgeait leurs fils et LAISSAIT VIVANTES leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre » (28 : 4) !!!

  2. saliha

    on 27 août 2015 at 15 h 25 min - Répondre

    Salam aleykoum wa rahmatullahi barakatuh
    Bon article en ce qui concerne tout ce qui est formel; on a des citations du Quran et du Prophète sallalahu aleyhi wa salam et c’est tres bien ma sha Allah. Mais il manque le fond lié à la comprehension des livres Saints et de la vie de Muhammad (paix et salutations sur lui) : par exemple le Prophète saws n’a cessé de méditer sur lanature et donc la création d’Allah subhannuwa ta’ala, il la contemplait et il conseillait d’observer l’environnement car pour lui c’était une preuve de l’existence d Dieu devant tant de beauté. La contemplation est la source même de la foi. Alors il faut proteger notre environnement car il est de notre devoir de ne pas saccager l’oeuvre de Dieu !

Laissez un commentaire